19 mars : marche pour la justice et la dignité

Rédigé par SUD Education 80 -

Un départ d'Amiens  est co-organisé par Ensemble!, la FSU et Solidaires 80.

RDV : 10h à la gare Saint-Roch, sur le parking de la station service.
PAF : 5 €
Contact pour inscription : kelly.poulet@gmail.com

L'appel de Solidaires.

Vous avez aimé cet article ? Alors ouvrez-la et partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Classé dans : Luttes - Mots clés : aucun

Ce 8 mars, l’égalité à l'ordre du jour !

Rédigé par SUD Education 80 -

Pour la première fois, un appel national intersyndical à la grève a été lancé par Solidaires, la CGT, la FSU et des organisations féministes pour le 8 mars.

C’est un appel à l’action car le 8 mars, ce n’est pas la journée de « la » femme, comme les médias le propagent, c’est une journée de luttes. Il n’y a pas une femme, mais des femmes qui, jour après jour sont confrontées aux « petites choses du quotidien » relevant de la domination masculine. Les femmes représentent 52% de la population en France. La grève est un « arrêt de travail ». Elle permet de montrer que si nous arrêtons toutes de travailler, sur les lieux de travail comme à la maison, nous bloquons la société.

 

Dans la Somme, il n’a pas été possible cette année, de construire cet appel unitaire. Mais persuadé que c’est seulement par la grève et l’action que les luttes féministes peuvent aboutir, SUD éducation 80 a choisi de soutenir cette mobilisation inédite en portant au cœur d’une grande surface commerciale nos revendications pour une égalité réelle entre les hommes et les femmes.

Nous étions donc présent-e-s à 15h40 dans la galerie du centre commercial Carrefour d’Amiens Nord pour interpeler sur les inégalités entre les hommes et les femmes, sur le mode INFO/INTOX.

Pourquoi cette horaire ? Parce qu’il correspond, pour une journée théorique de 8h (de 9h à 17h, avec une heure de pause déjeuner), à l'heure à partir de laquelle les femmes ne sont plus payées quotidiennement, au vu des différences de salaires entre femmes et hommes.

Pourquoi un centre commercial ?

Parce qu’il incarne très concrètement les inégalités de genre, que ce soit dans le monde du travail ou à la maison :

  • La très grande majorité des emplois de caissières sont occupés par des femmes, à temps partiel contraint ; 82 % des emplois à temps partiel sont occupés par des femmes.

  • La très grande majorité des conductrices de caddies sont également des femmes ! 69 % des tâches ménagères sont encore accomplies par les femmes.

Au delà de l’accueil chaleureux, les paroles échangées montrent que cette question doit plus que jamais être à l’ordre du jour de nos mobilisations et de nos efforts. À SUD éducation, nous sommes convaincu-e-s que nous n’abattrons pas le capitalisme sans abattre le patriarcat. Nous mettrons tout en œuvre pour faire reconnaître nos revendications et construire un cadre unitaire de mobilisation et de lutte sur ces questions.

 

À lire / à consulter :

https://solidaires.org/Un-8-mars-de-luttes-et-de-greves

http://8mars15h40.fr/

L’interview de Cécile Gondard-Lalanne (porte-parole de l’Union syndicale Solidaires) dans "Les ours à plumes"

 

 

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Alors ouvrez-la et partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Classé dans : Non classé - Mots clés : aucun

Un 8 mars de luttes ? c’est parti !

Rédigé par SUD Education 80 -


 

Ce 8 mars, mettons à l'ordre du jour l'égalité !

La journée du 8 mars est la journée internationale pour les droits des femmes, ce n’est pas la journée de « la » femme, comme certains médias le propagent, c’est une journée de luttes. Il n’y a pas une femme, mais des femmes qui, jour après jour sont confrontées aux «petites choses du quotidien» relevant de la domination masculine. Qu'il s'agisse de la «blague» sur les blondes, des remarques ou regards selon les tenues vestimentaires, des attouchements subis dans les transports en commun, des entretiens d'embauche où le désir de grossesse est questionné, des emplois à temps partiel qu'on nous réserve sous le prétexte de l'articulation avec la vie « familiale », du quart de salaire en moins, de l'évidence qu'il faut « penser » les courses, les rendez-vous chez le médecin pour les enfants, le ménage... si la liste n'est pas exhaustive, elle est surtout très longue ! Elle est le signe d'un système (le patriarcat) qui, comme tout système, s'immisce dans notre quotidien et notre façon d'être, au point qu'il est extrêmement difficile d'y échapper. Aussi, la récupération de cette journée à des fins commerciales, avec des messages publicitaires proposant de la « fêter » par un cadeau ou une distribution de fleurs sur le lieu de travail n'est pas supportable.

Dans le cadre de cette journée nationale d’actions et de luttes, SUD éducation 80 organise un porteur de parole sur la question de l’égalité entre les hommes et les femmes devant l’entrée du centre commercial Carrefour d’Amiens Nord MERCREDI 8 MARS à 15H40.

Pourquoi cet horaire ? Parce qu’il correspond, pour une journée théorique de 8h (de 9h à 17h, avec une heure de pause déjeuner), à l'heure à partir de laquelle les femmes ne sont plus payées quotidiennement, au vu des différences de salaires entre femmes et hommes.

 

Vous avez aimé cet article ? Alors ouvrez-la et partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Classé dans : Non classé - Mots clés : aucun

Journal n°149

Rédigé par SUD Education 80 -

Le journal n° 149 est paru ! Pour y accéder, cliquez sur la Une…

Vous avez aimé cet article ? Alors ouvrez-la et partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Classé dans : Journaux - Mots clés : aucun

Non à l’expulsion de la maison Cozette !

Rédigé par SUD Education 80 -

La commune vend la maison Cozette à un promoteur privé et veut mettre à la rue en plein hiver les membres du collectif La Brèche.

SUD éducation Somme apporte son soutien aux camarades du collectif la Brèche, composé d’étudiant-e-s, chômeuses/eurs, SDF et précaires, menacé-e-s d’une expulsion imminente. Pour rappel, ce collectif s’est réapproprié depuis le mois de septembre la maison Cozette, bâtiment municipal classé de 27 pièces. Ce bâtiment inutilisé depuis plus de 12 ans a été vendu par la Ville à un promoteur privé !

Tant pis pour les sans logements qui y vivent aujourd’hui et qui se retrouveront à la rue, au mépris de la trêve hivernale. Tant pis pour le centre culturel Léo Lagrange, voisin qui aurait bien besoin d’un espace supplémentaire pour toutes ses activités...Et tant pis pour toutes les associations amiénoises qui devront à présent payer pour des locaux qui sont pourtant déjà en nombre insuffisants et vétustes (cf. ordonnance municipale de novembre 2016 – pétition en ligne ici)

Circulez les habitant-e-s, les pauvres et les exploité-e-s : voici la démocratie locale à la mode Fouré-Gest !

La résistance continue : les ateliers et événements organisés par la Brèche se maintiennent.Venez également nombreux-euses apporter votre soutien (financier aussi!) tout au long des semaines à venir, car les occupant-e-s des lieux maintiennent avec détermination les nombreuses activités qui y sont proposées.

Facebook La Brèche.

Vous avez aimé cet article ? Alors ouvrez-la et partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Classé dans : Luttes - Mots clés : aucun

Fil RSS des articles