Baisse de dotations pour les lycées picards

Rédigé par SUD Education 80 -

Quand les politiques de droite rencontrent les politiques de droite, kesskisspass ?

Si vous travaillez en lycée, à la rentrée, ça ne vous aura pas échappé, tout un tas de dispositifs auparavant financés par le Conseil Régional de Picardie ont été suspendus, voire carrément supprimés :

- la carte « Génération HdF » remplace la carte « Cursus » mais, pour un même montant, elle devra financer les livres scolaires ET le matériel, là où la carte « Cursus » servait exclusivement pour les livres ;

- l’équipement des élèves de LP n’est plus financé ;

- le dispositif « Passeport culturel » qui permettait de financer les sorties du même nom est suspendu jusqu’à la fin de l’année ;

- idem pour les PREP et le dispositif « Appui lycéen » qui permettait d’abonder le fond social lycéen…

Et tout ça au nom de l’unification des pratiques dans une nouvelle grande région dessinée par le gouvernement PS et gouvernée par leurs alliés objectifs Les Républicains...qui n’hésitent pas, pour justifier leurs méfaits, à dénoncer les baisses de dotations étatiques de leurs petits camarades socialistes !

Et au final, toujours moins de moyens pour les familles...alors même que l'OFCE, l'Observatoire français des conjonctures économiques montre, dans son un bilan du quinquennat, que la politique des gouvernements Hollande aura conduit à une hausse des impôts de 35 milliards d'euros pour les ménages et à une baisse de 20 milliards pour les entreprises. Cohérence...quand tu nous tiens !

Les personnels du lycée Delambre se sont mobilisés sur le sujet et ont obtenu de rencontrer le 7 octobre dernier et pour la première fois depuis les élections, le représentant de la nouvelle Région au conseil d'administration, Martin Domise. Celui-ci semblait découvrir le sujet...Il a assuré que des enveloppes supplémentaires allaient être votées le 13 octobre mais aucune information sur leur contenu et/ou leur montant n'ont été transmise depuis.

À l'appel de SUD éducation, une intersyndicale se réunira le jeudi 3 novembre sur le sujet. La FCPE sera également représentée.

 

Classé dans : Moyens - Mots clés : aucun

RIS mercredi 19 octobre

Rédigé par SUD Education 80 -

SUD éducation organise une Réunion d’Information Syndicale à destination des personnels (enseignant-e-s, AVS, etc.) travaillant dans le premier degré sur Amiens.

Mercredi 19 octobre 2016

9h 12h

Local de Solidaires, 3-5 rue Jean Godris Amiens

 

Pour participer, il suffit de suivre les étapes décrites ici.

 


Les APC : encore un alourdissement de la charge de travail des enseignant-e-s

Rédigé par SUD Education 80 -

Les Activités Pédagogiques Complémentaires (APC) sont la suite de l'Aide Personnalisée (en place depuis 2008).  Elles ont été mises en place pour “limiter” les échecs scolaires et pour répondre  aux milliers de postes supprimés dans les RASED ! Ce fut donc aux enseignants du premier degré de répondre aux nombreux problèmes de scolarité (manque de concentration, non respect des règles, retard en lecture, calcul... ) par des jeux, des situations en binômes (d'enfants)… sans aucune formation au préalable!

Plus des 3/4 des enseignants jugent ces heures d’aide inefficace scolairement (on attend toujours une étude du ministère sur les résultats en terme de réussite scolaire). La charge de travail est considérable même si du temps supplémentaire a été dégagé (on est passé de 4 à 24 heures prévues pour la préparation) et surtout cette logique des APC rallonge considérablement le temps scolaire des élèves les plus fragiles en particulier (puisque que l’aide est d'abord pour eux…).

Ce temps doit être mis à disposition des enseignant-e-s pour une plus grande autonomie de pédagogie, de concertations entre les enseignants, plus de rencontres et de portes ouvertes aux parents et plus de formation continue pour tou-te-s !

 

Pour mémoire, voici la position de la fédération SUD éducation à ce sujet.

 


Affectation des TZR : bienvenue dans la jungle

Rédigé par SUD Education 80 -

C’est la deuxième rentrée après la réforme des statuts des enseignants du second degré.

Malheureusement, les services du rectorat n’ont toujours pas intégré un certain nombre de règles qui viennent à limiter les affectations des TZR.

Affectations multiples

Il ne faut pas oublier que si les nouveaux statuts ont rendu légale l’affectation sur deux établissements, une heure de décharge de service est prévue quand :

  • le/la TZR est affecté-e sur 3 établissements ;
  • le/la TZR est affecté-e sur 2 établissements de deux communes différentes.

Référence : article 4 du décret de 2014-940 du 20 août 2014

Pondération

Une pondération de 1,1 est prévue dans les cas suivants :

Ce mécanisme est précisé par la circulaire 2015-057 du 29 avril 2015.

Il fonctionne de la manière suivante : chaque heure d’enseignement dans l’un des deux cas concerné vient ôter 0,1 heure (6 minutes) à l’obligation de service hebdomadaire (les fameuses 18h d’un-e certifié-e). Ainsi pour 10 heures enseignées en REP+, l’obligation de service est réduite à 17 heures. Si le rectorat/l’établissement impose une HSA, le service ne peut excéder 18 heures.

La triche du ministère

Le ministère a essayé de déroger à cette règle, en tantant d’imposer dans ce cas 0,5 HSA supplémentaire, indiquant dans la circulaire :

Toutefois, lorsque l’application des pondérations donne lieu à l'attribution d'au plus 0,5 heure supplémentaire, l’enseignant pourra être tenu d'effectuer, en sus, une heure supplémentaire entière.

SUD éducation a été la seule organisation syndicale a déposer un recours au Conseil d’État contre cet abus, et a obtenu gain de cause : dans un arrêt du 23 mars 2016, le juge a maintenu la limite l’HSA imposable à une heure et une seule.

Voir à ce sujet le communiqué de la fédération SUD éducation.

Une gestion déficiente

La politique du rectorat consiste à affecter les TZR au maximum possible de leur service : ils ont donc tendance à affecter par exemple pour 18 heures un collègue sur deux établissements sans tenir compte de la décharge d’une heure qui est alors payée en HSA.

Si par exemple le/la TZR est amené-e à enseigner dans ces conditions ne serait-ce qu’une heure à des premières/terminales, ou bien en REP, le mécanisme de la pondération fait dépasser son service maximum.

Il est ainsi possible de refuser une telle affectation…

Sud éducation est intervenu à plusieurs reprises pour défendre ses adhérent-e-s et ainsi réduire leur service ou enlever une affectation surnuméraire dans le cadre d’un service partagé.

Revendications

SUD éducation rappelle ses revendications :

  • Les maxima de services sont des maximas : rien n’interdit d’affecter un TZR en deça ;
  • Une décharge de service doit rester une décharge de service, elle ne doit pas être remplacée par une HSA.
  • La fin des affectations en service partagé, sources d’accidents de trajet et de service et qui empêchent de s’intégrer à une équipe. Les enseignant-e-s n’ont pas à payer le refus de recruter des profs !

Journal n°146

Rédigé par SUD Education 80 -

Le journal de rentrée n°146 est paru ! Pour y accéder, cliquez sur la Une.

Classé dans : Journaux - Mots clés : aucun

Fil RSS des articles