Les prochaines mobilisations

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire
Grève des femmes le 08 mars
Nous sommes caissières, enseignantes, agentes d'entretien, secrétaires, infirmières, aides à domicile, assistantes maternelles, travailleuses sociales/administratives, sages-femmes, hôtesses...
Nos métiers sont indispensables à la société.
Pourtant ils sont mal rémunérés et leur pénibilité n'est pas reconnue.
Nous sommes ingénieures, techniciennes, ouvrières, employées ou cadres, nous faisons le même travail que les hommes, mais avec un salaire inférieur (en moyenne entre 13 et 26% de moinsselon les corps de métier)
Entre les courses, le ménage et les enfants, nous réalisons en moyenne 20h de taches ménagères par semaine. 
A partir de 15h40, nous travaillons gratuitement.
 
Pour LUTTER : -contre les inégalités salariales
                       -pour une vraie égalité de nos droits                  
                       -contre les violences faites aux femmes
                       -pour une meilleure reconnaissance des diplômes d’État dans le travail social
                       -contre les paroles/actes/agressions sexistes et LGBTQI sur les lieux de travail 
 
Nous serons en grève le vendredi 08 mars dès 15h40, en violet et jaune.
RDV 17h, place Gambetta à Amiens !
 
Sud Éducation s'associe à cette journée de lutte des femmes et poursuit:
-le combat contre toutes les formes de discriminations, sexistes/ LGBTQI , sociales, salariales ...
-les revendications pour une véritable formation des personnels à des pédagogies antisexistes et à l’éducation aux sexualités 
-l'urgente exigence d'une égalité salariale entre les hommes et les femmes et la réduction du temps de travail pour permettre l’articulation vie privée/vie publique.
 
Rassemblement le 11 mars

Syndicats et FCPE ont boycotté le CDEN du vendredi 1er mars. 

Celui-ci a donc été reporté au lundi 11 mars, à 16h30, au Conseil Départemental (CDEN), 51 rue de la République.

Nous invitons tous les collègues à se réunir devant le CDEN à 16h30 ce jour pour faire pression sur le DASEN afin qu'il revoit ses prévisions pour la carte scolaire de la rentrée

2019 et entende nos exigences d'une école véritablement égalitaire et de qualité pour toutes et tous.

Le rassemblement rue de la République est refusé!et donc les personnels enseignants sont invités à venir au rassemblement unitaire prévu le lundi 11 mars à 16h30 devant le cirque.

Assemblée Générale le 13 mars

Après:

-le succès des "collèges morts" ou "lundi noir", ce lundi 04 mars, où les parents d'élèves étaient invités à ne pas envoyer leurs enfants au collège, 

-les occupation des locaux la nuit,

-les AG au sein des établissements entre professeurs et parents, 

les enseignants de 1er et second degré, les organisations syndicales et les représentants de parents d'élèves se retrouveront à nouveau 

au cloître Dewailly le mercredi 13 mars à 14h  pour envisager de nouvelles actions et exiger des moyens pour école de qualité.

 

Sud Education soutient tous les établissements en lutte et revendique une école plus juste et égalitaire:
 
- des moyens humains et financiers à la hauteur des besoins.
- des effectifs de classe à 20 élèves et 14 en zone prioritaire.
- la suppression des heures supplémentaires
- la titularisation de tous les contractuels.
- la création de postes.
 

 

Page facebook pour suivre les différentes mobilisations des établissements de Picardie : collectif de parents des écoles debout contre les fermetures de classe  
 
L'urgence sociale: grève le 19 mars
Face à l'ultra-libéralisme du président Macron et de son gouvernement  et l'ultra-violence pour réprimer la contestation sociale, un appel unitaire public/privé est lancé
le 19 mars - rassemblement à 14h30 devant la Maison de la Culture d'Amiens- pour rappeler l'urgence qu'il y a à défendre et protéger les services publics (éducation, santé...). 
 
Sud Éducation se joint à l'appel et partage les revendications salariales (réindexation des salaires, des retraites et des pensions sur le coût de la vie...) et d'exigences sociales (la fin des frais à l'Université pour les étudiants étrangers, la fin des loi anti-casseurs...).

Manifestations !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire
2 mars : Manifestation Acte XVI à Amiens Facebook
4 mars : 12h-rassemblement de soutien devant le palais de justice lors du procès des habitants du squat le Ministère. Facebook
8 mars : Grève des Femmes
15 mars: Grève scolaire pour le climat - Événement organisé par les étudiants à la Citadelle 
19 mars : Grève intersyndicale et interprofessionnelle

Journal n°161

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire
Le journal n°161 est paru ! Pour y accéder, cliquez sur la Une…

Au sommaire ce mois-ci :

- GREVE DES FEMMES, le 8 mars, on se prépare!

- Des démissions en augmentation

- Suppression des heures dans les lycées et collèges : la mobilisation se met en place!

- Carte scolaire : une rentrée 2019 inacceptable pour Sud Education

Mobilisons-nous pour obtenir le retrait du projet de hausse des frais d'inscription pour les étudian.e.s étranger.e.s extracommunautaires !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Conformément à l’appel du 18 janvier, les organisations signataires appellent :

  • À se mobiliser le mercredi 13 février ainsi que les mercredis suivants (assemblées générales, rassemblements, manifestations) pour obtenir l’engagement de la non application de ce projet par leur établissement et pour porter cette revendication auprès des rectorats ;
  • À un rassemblement national le 12 mars, à 9h30, devant le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI), à l’occasion du débat sur ce sujet au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) pour obtenir satisfaction.

Le mercredi 13 fevrier ainsi que les mercredis suivants puis le mardi 12 mars, mobilisons-nous pour obtenir le retrait du projet de hausse des frais d'inscription pour les étudian.e.s étranger.e.s extracommunautaires !

Signataires : CGT-FERCsup, CGT-INRA, FAGE, FO-ESR, SGEN-CFDT, SGEN-CFDT recherche EPST, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNEP-FSU, SNESUP-FSU, SNPTES, SNTRS-CGT, Solidaire-Edudiants, SUD Education, SUD recherche EPST, UNEF.

MACRON DOIT CEDER AUX EXIGENCES DES GILETS JAUNES ET DU MOUVEMENT SOCIAL !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

La France est bouleversée depuis 11 semaines par une révolte citoyenne et sociale sans précédent depuis Mai 68.

Depuis 11 semaines, malgré les caricatures et le mépris, les Gilets Jaunes exigent des mesures simples et immédiates et plus que légitimes de démocratie et de justice fiscale, sociale et environnementale.

Simples et immédiates, parce que l’annulation de la hausse des taxes sur le carburant aurait pu être compensée quasi immédiatement par le rétablissement de l’ISF. Parce que la remise en cause du CICE pourrait financer une augmentation immédiate du SMIC.

Plus que légitimes, parce que dans un pays devenu un paradis pour les millionnaires, la répartition des richesses est une urgence absolue pour en finir avec l’indécence de cette situation.

Le dimanche 27 janvier à Commercy, une assemblée de groupes gilets jaunes venant de toute la France a lancé un appel contenant des revendications sociales et écologiques fortes (augmentation immédiate des salaires, minimas sociaux, allocations et pensions, droit au logement, à la santé, à l’éducation, services publics gratuits et pour tous, éradication de la misère sous toutes ses formes, égalité et prise en compte de toutes et tous quelle que soit sa nationalité, transition écologique...) ainsi que de grandes exigences démocratiques.

Pour la première fois depuis le début de la mobilisation, les Gilets Jaunes ont décidé de se joindre à une grève annoncée par les syndicats le 5 février 2019.

Nous voyons dans cette convergence une possibilité de victoire sociale majeure, en permettant un mouvement d’ensemble durable et reconductible incluant l’ensemble des salarié-es, la population des quartiers populaires et la jeunesse. Nous souhaitons que la grève et les manifestations soient les plus massives possible afin de faire aboutir ces revendications légitimes. C’est pourquoi nous apportons tout notre soutien à cette date.

Nous condamnons les tentatives de l’extrême droite de s’approprier ce mouvement et de l’utiliser pour promouvoir la haine des immigré-es, l’antisémitisme, le racisme, le sexisme et l’homophobie.

Au lieu d’écouter, le pouvoir se recroqueville sur son appareil répressif et sur un simulacre de débat. Il prépare même une loi qui restreint la liberté de manifestation. Nous nous y opposerons ! Nous exigeons du gouvernement qu’il abandonne la logique de criminalisation du mouvement social et populaire. Un président qui ordonne ou couvre de telles violences sur ses compatriotes perd sa légitimité de représentation du peuple. Nous ne nous habituerons jamais à ces visages cassés, aux centaines de blessures et mutilations et à ces dizaines de décès que le gouvernement s’échine à minimiser ou nier.

Ce n’est pas dans la dérive autoritaire que se trouve la sortie de crise. Ce n’est pas en menottant ou en éborgnant les Gilets jaunes et ses porte-voix qu’il étouffera la contestation. Le vrai débat populaire s’exprime dans les quartiers, les ronds-points, les assemblées communes, les entreprises. Emmanuel Macron a perdu la bataille des idées. Il doit faire droit aux revendications sociales et populaires !

Fil RSS des articles de cette catégorie