Canicule : le report du brevet n’est pas suffisant

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Le territoire connaîtra toute cette semaine un épisode caniculaire. La chaleur très importante pèsera lourdement sur les conditions de travail des personnels et les conditions d’études des élèves dans le contexte des examens de fin d’année. Ce ne sont pas seulement les conditions d’étude ou de travail, mais tout simplement la santé des enfants, et notamment des plus jeunes, qui est mise en péril. Les locaux ne sont la plupart du temps pas du tout adaptés à de telles conditions climatiques.

Le ministère se contente de donner des consignes extrêmement générales qu’il a publiées sur son site Internet. Dans ces consignes, rien sur la santé et la sécurité au travail des personnels. Certes, le ministre a annoncé le report des épreuves du Diplôme national du brevet, ce qui relève du bon sens : mais ce n’est pas suffisant.

Notre hiérarchie est directement responsable de notre santé et de nos conditions de travail. Alors que nombre d’écoles et d’établissements sont passablement dégradés et mal isolés, le ministre se contente de rappeler des évidences, sans s’interroger sur le bien-fondé de persister à faire venir des élèves en classe dans des établissements où la température excédera 30 °C dès la matinée. SUD éducation dénonce l’hypocrisie de ces consignes.

SUD éducation appelle les personnels à faire respecter leurs droits et celui des élèves :

– en remplissant les Registres de Santé et Sécurité au Travail (RSST) obligatoires dans les établissements et écoles ;

– en saisissant par écrit collectivement les CHSCT départementaux et académiques ;

en refusant de se mettre en danger lorsque la température est manifestement excessive, et en faisant collectivement exercice de leur droit de retrait (en veillant à la sécurité des élèves), pour mettre l’administration face à ses responsabilités.

Pour être parfaitement informé-e-s de la procédure à suivre, SUD éducation met à la disposition des personnels un guide, à retrouver ici :

https://www.sudeducation.org/Brochure-Et-voila-le-travail-Federation-SUD-education

SUD éducation revendique à long terme :

— l’instauration de températures minimales et maximales de travail ;
— le contrôle effectif des températures dans les bâtiments par les CHSCT ; — un plan d’investissement massif dans les bâtiments, et leur isolation.

Dans l’immédiat, SUD éducation revendique la fermeture des écoles, collèges et lycées partout où cela semble nécessaire aux personnels et aux parents.

Par ailleurs, le DNB n’est pas le seul examen qui se déroule pendant cette canicule : les épreuves anticipées de français le sont également. SUD éducation revendique le report des passations prévues durant cette période de forte chaleur partout où cela s’avérerait nécessaire.

 

Grève et boycott des examens se poursuivent et s'amplifient

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire
Après une réussite de la grève des épreuves du Baccalauréat le lundi 17 juin, un appel intersyndical a été lancé pour poursuivre le boycott des examens , au niveau des collèges le jeudi 27 juin, date du début des épreuves du Brevet.
 
Mais cette journée appelle aussi à mobiliser l'ensemble du personnel éducatif de la maternelle à l'université.
 
Sud Éducation met à votre disposition un dossier sur la grève des examens: pourquoi, comment? afin de se mobiliser efficacement et sereinement! Toutes les infos ici
 
Cette date est aussi celle choisie pour une journée de mobilisation contre la loi de transformation de la fonction publique, pour défendre l'avenir du service public, de ses agents et de ses usagers.
 
Contre les réformes Blanquer, la mobilisation demeure
 
Le texte initial de la loi Blanquer ayant été débattue le 13 juin dernier, celui-ci a été largement modifié sous l'effet de la contestation des enseignants, des syndicats et des représentations de parents d'élèves : l'EPSF n'est pas réapparu, l'autorité du directeur d'école/l'annualisation des services enseignants/la formation obligatoire sur temps libre ont été supprimés. Il reste quelques 
 
Cependant la circulaire de la rentrée de l'école primaire publié dans le BO du 29 mai a pour cible particulière l'école maternelle. La priorité nationale à l’enseignement des « fondamentaux » y est martelé et se résume aux seuls « Lire, écrire, compter et respecter autrui ». Cette note de service qui contredit en partie les programmes publiés par arrêtés en  2015 n'a donc pas de valeur juridique (c'est le texte "supérieur", l'arrêté, qui fait référence dans ce cas là).
Sud Éducation appelle les collègues à boycotter cette note de service réactionnaire qui met au pas les enseignants et qui se fait dans une totale méconnaissance des savoirs et des apprentissages des élèves.
 
Sud Éducation appelle les enseignants à exercer pleinement leur liberté pédagogique et revendique la suppression des évaluation nationales imposées aux élèves et aux personnels.
En pièce jointe, un texte de Sud Educ 63 à diffuser largement autour de vous sur cette circulaire de rentrée.
 
 
Sud Éducation revendique: 
-une augmentation immédiate des salaires pour toutes et tous et en particuliers pour les plus précaires
-la titularisation des tous les personnels de l’Éducation Nationale (AESH/AVS, profs contractuels...)
-le retrait sans condition  des réformes du Bac et du Lycée
-Le retrait de la loi ORE et Parcours Sup
-Le retrait  pur et simple de la loi dite "pour l'école de la confiance" et du projet de loi dit de "transformation de la fonction publique

GREVE DES EXAMENS : POURSUIVRE ET AMPLIFIER LA MOBILISATION !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Appel de l’Assemblée générale de grévistes en Picardie

On comptait un nombre significatif de grévistes parmi les personnels convoqués pour la surveillance de la première journée du baccalauréat le 17 juin 2019. Cette journée est un succès !
L’Assemblée générale des personnels réunie à Amiens le 17 juin appelle tous les personnels de la maternelle à l’université (enseignants de collège, de lycée, de LP, de l'Université, PE, AED, AESH, personnels administratifs, du public comme du privé, relevant du ministère de l'éducation nationale comme de celui de l'agriculture...)
à poursuivre et amplifier la grève lors des surveillances d’examens.

L'AG appelle aussi tous les personnels à FAIRE GRÈVE LES JOURS DÉPREUVE PONCTUELLE DES VOIES PROFESSIONNELLES, TECHNOLOGIQUES ET GÉNÉRALES : corrections sur site, oraux, délibérations de jury... ;

et à SE METTRE TOUTES ET TOUS MASSIVEMENT EN GRÈVE JEUDI 27 JUIN, JOUR DU DÉBUT DU DNB, temps fort pour établir le rapport de force avec le

gouvernement.
Rassemblement devant le rectorat le 27 juin à 10 h, suivi d'une AG.

Plus largement, nous appelons à massifier et amplifier les actions de grève dans la période, comme les actions de solidarité à l’égard des personnels grévistes, afin d'obtenir :

– une augmentation immédiate des salaires pour toutes et tous, en particulier les plus précaires ;
– le retrait sans condition des réformes du bac et des lycées ;
– le retrait pur et simple du projet de loi dit « pour l’école de la confiance », et du projet de loi dit de « transformation de la fonction publique ».

Rejoignez-nous, c'est le moment où jamais !

Appel soutenu pour le moment par : SUD éducation, CGT éduc’action de Picardie, CNT-STE 80, SNUEP académie d'Amiens, SNALC Picardie, le SNES-FSU 80, la FCPE de la Somme.

Tous en grève dès le lundi 17 juin contre les réformes Blanquer !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

GRÉVE DES SURVEILLANCES : LE 17 JUIN, ON SE MOBILISE!

 

Le monde éducatif connaît actuellement une mobilisation d’une ampleur particulièrement importante. Depuis le 19 mars, les personnels, en particulier du premier degré, sont très fortement mobilisés contre le projet de loi Blanquer. Dans le second degré, les réformes des lycées, du bac et Parcoursup suscitent toujours autant de colère, et les initiatives de mobilisation sont très fortes. Le ministère s’acharne à réprimer les mobilisations par les menaces, intimidations et sanctions contre les personnels. Resté sourd jusqu’ici, le ministre ne nous laisse d’autre perspective que de continuer à construire le rapport de force. Face à cette surdité et à l’ampleur du désastre et des conséquences des réformes pour les générations à venir et le devenir des diplômes, la grève s'impose!

 

RENDEZ VOUS LE LUNDI 17 JUIN 

10H RASSEMBLEMENT DEVANT LE RECTORAT

11H30 - AG A L'ESPACE DEWAILLY

 

Dans l'académie d'Amiens, les organisations CGT Éduc'action de Picardie, SNES-FSU Amiens,Sud Éducation de la Somme, SNALC Amiens, SNEIP-CGT Amiens appellent tous les personnels d'éducation, enseignants de lycée, de LP, de collège et de primaire, surveillants, convoqués pour surveiller le bac ou pas, à se mettre en grève.

 

Fil RSS des articles de cette catégorie