Appel intersyndical : Grève et manifestation le 22 mars !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

 

GRÈVE ET MANIFESTATION LE 22 MARS

Manifestation à AMIENS – 14 h EHPAD St Victor – 354 Bd Beauvillé


Postes, Parcoursup, réformes du Bac, du lycée et de l’apprentissage, attaques contre les statuts et les services publics : tout est lié !


Les organisations syndicales FO, FSU, CGT, CNT, SUD éducation et UNEF, s’inscrivent dans le cadre de l’appel de l'interfédérale FSU, FNEC-FP-FO, FERC-CGT, SUD éducation avec Solidaires étudiant-e-s, l’UNEF, l’UNL, et les associations (ASES, SLU) du 15 février.

Elles appellent les enseignants de la maternelle à l’université, les personnels administratifs, les personnels d’éducation, les lycéens, les étudiants à se mettre toutes et tous en grève le 22 mars et à participer massivement aux manifestations, avec l’ensemble des fonctionnaires :

    Nous refusons la sélection à l’entrée à l’université. Avec « Parcoursup », chaque université décide des critères à partir desquels elle retiendra la candidature des bacheliers. L’inscription à l’université dépendrait des capacités d’accueil, sans moyens pour accueillir les 40 000 nouveaux bacheliers.

    Nous refusons le projet de réforme du BAC et du lycée qui supprime le cadre national du BAC. Désormais il ne vaudra plus que ce que vaut la réputation de chaque lycée.

    Nous refusons les 120 000 suppressions de postes dans la fonction publique, le rétablissement du jour de carence, le gel du point d’indice, la généralisation du recrutement de contractuels, donc de personnels précaires en lieu et place des agents titulaires…


Dans la Somme, les mesures austéritaires se traduisent notamment par :

  • Plusieurs dizaines de fermetures de classes dans les écoles de la Somme,
  • 29 postes supprimés dans les collèges,
  • 8 postes d’administratifs dans l’académie.

C’est une véritable saignée !

La mesure phare du gouvernement sur les « CP dédoublés » se fait au prix de la suppression de moyens pris dans d’autres classes, dans d’autres écoles dégradent les conditions de travail et les garanties statutaires des personnels. Les attaques du gouvernement pour en finir avec les diplômes, avec les statuts, avec des droits collectifs et protecteurs sont une seule et même attaque.


Nous réaffirmons nos exigences :

  • L’annulation de toutes les fermetures de classes, d’heures, de postes, de filières et le maintien des garanties statutaires des personnels,
  • Le maintien du baccalauréat comme diplôme national et 1er grade universitaire sur tout le territoire permettant à tout bachelier l’accès aux filières post bac et aux établissements de leur choix,
  • L’exigence d’ouverture massive de places supplémentaires en 1er cycle post bac et le refus de toute sélection à l’entrée à l’université,
  • Le refus de l’instauration de blocs de compétence en lieu et place des diplômes et des qualifications,
  • Le retrait de la loi sur le 1er cycle post bac et du « plan étudiants » qui l’accompagne.


GRÈVE ET MANIFESTATION LE 22 MARS

Manifestation à AMIENS – 14 h EHPAD St Victor – 354 Bd Beauvillé

Classé dans : Luttes - Mots clés : aucun

Non à la sélection à l'université ! - Analyse de SUD éducation du rapport Mathiot

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Alors que le Ministre de l'éducation nationale prétend mener une concertation deux semaines avant de lancer le coup d'envoi de sa prétendu réforme, SUD éducation informe les personnels des enjeux du rapport Mathiot rendu récemment.

Pour le télécharger, cliquer ici :

 

Pour télécharger le dossier complet de SUD éducation sur la réforme du Bac et la sélection à l’université, cliquez ici :

 

N’oubliez pas : un rassemblement est prévu jeudi à 11:00 avec les étudiant⋅e⋅s mobilisé⋅e⋅s devant le rectorat. Soyons y nombreuses et nombreux !

 

Appel intersyndical à mobilisation le jeudi 01/02/2018

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Édité le mardi 30/01 : le SNESUP-FSU se joint à l'appel intersyndical.

Jeudi 1er février, à 11h00,
Rassemblement devant le rectorat d’Amiens
 

Ce mois de janvier voit la mise en place dans les universités et les lycées de la plateforme Parcoursup, et ceci alors que la loi sur l’orientation et la réussite des étudiants n’a pas encore été votée par les sénateurs et sénatrices, et n’est donc pas adoptée !

 

Ce “Plan étudiants” imposé à marche forcée fait dépendre l’accès à l’enseignement supérieur d’attendus nationaux, déclinés en attendus locaux différents d’un établissement à l’autre. Dans de nombreux cas, ces attendus vont bloquer l’accès des jeunes aux filières de leur choix, leur imposer des remises à niveau qui ne sont pas encore connues ou organisées, mais aussi décourager les candidatures, en particulier des élèves les plus en difficulté. Dans de nombreux cas, la mise en place de capacités d’accueil, la croissance du nombre de bacheliers et la multiplication des voeux (non hiérarchisés) vont généraliser la sélection à l’entrée à l’université.

 

La procédure d’émission des voeux et d’affectation (la limitation à 10 voeux, l’absence de hiérarchisation des voeux, le calendrier d’affectation) s’annonce extrêmement complexe et difficile à mettre en oeuvre tant pour les services universitaires que pour les jeunes et leurs familles. De nombreux bacheliers risquent de rester sans affectation jurqu’à la dernière phase, celle où le recteur leur proposera une affectation dans une filière présentant des places vacantes, mais en dehors de leurs dix voeux…

 

Cette réforme suscite déjà protestations et inquiétudes.

 

Le projet de réforme du Bac, dévoilé mercredi 24 janvier, découle de la mise en place de la sélection. Son contenu confirme les craintes des enseignants, des jeunes et de leurs familles : suppression des séries remplacées par des parcours, suppression d’heures de cours disciplinaires, un examen laissant la part belle au contrôle continu. Ce projet met directement en cause le caractère national de ce diplôme qui ne vaudrait plus que ce que vaut la réputation du lycée. Il instaure la concurrence généralisée entre les établissements.

 

Au nom de cette réforme, des centaines de suppressions de postes de professeurs sont programmées à la rentrée 2018 dans les établissements du second degré, dont 91 dans l’académie d’Amiens (près de 800 au plan national).

 

Les sections FNEC-FP-FO, CGT Educ’action, SUD Education, le SNESUP-FSU et UNEF de l’académie d’Amiens n’acceptent pas cette situation. C’est pourquoi elles réaffirment :

  • La nécessité de travailler tout au long du parcours au lycée à une orientation choisie, construite, accompagnée et évolutive avec les moyens humains et financiers nécessaires.

  • Le maintien du baccalauréat comme diplôme national et premier grade universitaire, garantissant l’accès de tous les bacheliers sur tout le territoire aux filières post bac et aux établissements de leur choix.

  • L’exigence d’ouverture massive de places supplémentaires en 1er cycle post bac et le refus de toute sélection à l’entrée à l’université.

  • Le refus de l’instauration de blocs de compétences en lieu et place des diplômes et des qualifications.

  • L’abandon du projet de loi sur le 1er cycle post bac et du “Plan étudiants” qui l’accompagne, condition pour permettre une réforme ambitieuse qui garantisse le libre accès de chacun au supérieur.

  • Aucune suppression d’heures, de postes, de filières.

 

Sur cette base, les sections FNEC-FP-FO, CGT Educ’action, SUD Education, le le SNESUP-FSU et UNEF de l’académie d’Amiens appellent les lycéen-nes, parents d’élèves, étudiant-es et personnels des université et de l’enseignement secondaire à participer massivement à la journée nationale de mobilisation du 1er février, sous toutes les formes décidées collectivement, y compris par la grève.

 

Fil RSS des articles de cette catégorie