Le 10 octobre : toutes et tous en grève !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Rendez-vous à 14:30 mardi place de la Maison de la Culture !

Un gouvernement qui tape sur l’école

Conceptions pédagogiques rétrogrades, autonomie accrue des établissements du 2nd degré et de leurs directions, réforme annoncée du baccalauréat ou encore sélection à l’entrée de l’Université : le projet d’école du gouvernement ne manque pas de nous inquiéter. En plus de fragiliser le service public d’éducation, il s’en prend également aux travailleurs et travailleuses de l’éducation par la suppression massive des CUI ou ses attaques contre les fonctionnaires.

Un gouvernement qui tape sur la fonction publique

Le ministre du Budget a assuré que le gouvernement appliquerait l’objectif de suppression de 120 000 postes dans la fonction publique d’ici à la fin du quinquennat dont 50 000 dans la Fonction Publique d’Etat. C’est un vrai choix de société que fait le gouvernement : en fragilisant encore les services publics, le gouvernement s’attaque à l’ensemble de la population et veut casser le lien social, les solidarités. Au contraire, SUD éducation revendique la création immédiate de postes à hauteur des besoins. Enfin, le rétablissement du jour de carence c’est‐à‐dire le non-remboursement du premier jour d’un arrêt maladie même si celui‐ci ne dure qu’une journée est une insulte aux salarié-e-s de la Fonction publique en même temps qu’une attaque contre leur rémunération.

Hausse de la CSG : bonjour l’arnaque !

Macron a annoncé remonter le pouvoir d’achat des salarié‐e‐s du privé en supprimant d’un côté les cotisations salariales maladie et chômage prélevées uniquement sur les paies des salarié‐e‐s du privé et en augmentant d’un autre côté la CSG qui finance la protection sociale et qui est prélevée sur les salaires de tou‐te‐s les salarié‐e‐s, du privé comme du public, sur les pensions de retraites et les allocations de chômage. Macron joue la division en faisant payer aux retraité‐e‐s, aux chômeur‐euse‐s et aux fonctionnaires les "augmentations" de salaires du privé. Les fonctionnaires devraient payer 3 à 4 milliards d’euros de cotisations sociales supplémentaires chaque année. Les scenarii proposés par le gouvernement pour compenser cette perte ne sont pas suffisants et ont été rejetés par les syndicats : d’abord ils ne concernent que les personnels en poste au 1er janvier 2018. Quid de nos futur-e-s collègues ? Ensuite ils reposent sur l’instauration d’une indemnité alors même que les indemnités ne sont pas prises en compte dans le calcul de la retraite. Dans le même temps, la réforme de l’ISF va faire perdre 2 milliards d’euros à l’État au profit des plus riches alors que le gouvernement précédent leur avait déjà fait plus de 30 milliards de cadeaux fiscaux !

Des attaques coordonnées contre les salarié-e-s

C’est bien une logique globale que met en place le gouvernement en privilégiant les plus riches au détriment des plus fragiles. Dans le privé comme dans le public, nous sommes visés par des réformes qui s’inscrivent dans la même stratégie. Plutôt que de morceler les ripostes, l’heure est à unifier nos luttes.

L’expérience l’a prouvé : les journées d’actions isolées ne suffiront pas à elles seules à faire plier le gouvernement. C’est pourquoi SUD éducation, avec l’Union syndicale Solidaires, appelle à se réunir sur nos lieux de travail et à discuter de l’ancrage d’une grève reconductible et interprofessionnelle. Celle-ci doit se construire dans chaque secteur, y compris l’éducation.

 

 

 

Classé dans : Luttes - Mots clés : aucun

Pas une voix ne doit aller au FN

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Dans la continuité de la lutte quotidienne qu’elle mène depuis des années contre l’extrême droite, Solidaires réaffirme que pas une voix ne doit aller au FN. Ce parti base sa politique sur la « préférence nationale », le racisme et le repli nationaliste, incompatibles avec nos valeurs.

Marine Le Pen se présente comme la candidate « antisystème », en défense du « peuple » et des « laissés pour-compte » de la crise, mais le projet politique qu’elle incarne est avant tout celui d’un nationalisme exacerbé qui ne remet en cause ni le capitalisme, ni le libéralisme qui alimentent depuis des années les inégalités et la précarité.

Pas de soutien à une politique libérale et répressive

L’alternative n’est pas la continuité avec les politiques des précédents gouvernements qui ont conduit à l’exaspération sociale et au renforcement de l’extrême droite : remises en cause du droit du travail avec le passage en force de la « loi Travail », attaques contre la protection sociale et les services publics, poursuite des politiques européennes d’austérité et de libre échange, etc.

Lutter avant, pendant, et après les élections

Nos revendications restent entières et nous sommes dans la lutte aux côtés des travailleuses et travailleurs quel que soit le gouvernement. C’est la valeur de notre indépendance par rapport aux partis politiques et aux pouvoirs. C’est le sens aussi de notre engagement dans la campagne « nos droits contre leurs privilèges » où, avec d’autres mouvements sociaux, nous voulons construire une société plus juste, égalitaire, débarrassée des oppressions et des discriminations et respectueuse de la planète.

Quand nous luttons pour l’égalité des droits et au côté des sans-papiers et demandeur-ses d’asile, contre l’injustice, pour la sécurité et la santé au travail, pour une amélioration concrète de nos droits et une meilleure répartition des richesses, nous luttons réellement contre la montée du fascisme et l’instrumentalisation de la misère sociale. Et c’est cela que nous allons continuer.

C’est tout le sens de notre appel à faire du 1er mai un moment fort de rassemblements et de manifestation.

Classé dans : Luttes - Mots clés : aucun

Manifestation pour la Justice en Syrie

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Aux côtés d'Amnesty, de la LDH, de RESF, de la Cimade, de la Boîte sans Projet, SUD éducation 80 était signataire de l'appel à manifester mercredi 15 mars pour la justice en Syrie.

Depuis six ans maintenant, la Syrie est bien devenue, selon l’expression du Haut Commissaire aux Droits de l’Homme de l’ONU, une « chambre de torture » à l’échelle du pays.

La révolution  avait commencé par des manifestations de masse pacifiques, les syriens voulaient la liberté et la fin de la tyrannie; mais le régime a répondu par une répression d'une violence extrême, précipitant le pays dans le chaos.

Écartelée entre un dictateur sanguinaire prêt à sacrifier tout son peuple pour conserver le pouvoir et des fous de Dieu qui prospèrent sur la haine de tout ce qui ne leur ressemble pas, la population est au supplice.

La Syrie n’est pas en « crise ». Il s’y livre le pire des conflits, une guerre civile. Chaque jour dans ce pays des crimes de masse se perpètuent.

Les responsables de ces viols et de ces assassinats de masse seront comptables devant les peuples de la planète de leurs agissements. Exigeons du gouvernement français qu’il donne les moyens à la justice internationale de remplir ses missions.

Le site d'Amnesty : https://www.amnesty.fr/pays/syrie

 

Face à Daesh, face aux dictateurs syrien et turc : l’espoir du Rojava

Au Nord de la Syrie, les femmes et les hommes ont conquis les armes à la main leur liberté face à l’État Turc, à l’armée du clan Al-Assad, et aux djihadistes de Daesh.

Ce mélange des peuples Kurdes, Arabes, Assyrien, Chaldéen, Turkmène, Tchétchène construit ce qu’il appelle l’autonomie démocratique. Le Rojava s’est doté d’un contrat social, qui proclame la liberté d’expression, le droit à la santé, à la sécurité, à l’éducation.

Au milieu d’une guerre, le Rojava se paie le luxe de proclamer l’égalité des sexes, et d’organiser la lutte contre les discriminations et les violences faites aux femmes. Il faut dire qu’elles sont armées et qu’elles ont intégré les forces d’auto-défense. Ça aide les hommes à comprendre.

Au Rojava, où tout est à reconstruire, on discute politique. On rebâtit les maisons détruites, et on construit un monde meilleur où l’on fait en sorte que l’économie soit au service des populations, et non l’inverse. On y évoque la construction d’une région libre du centralisme, du militarisme, des interventions du religieux dans la sphère publique.

Au milieu de l’horreur d’une guerre sans nom dont les premières victimes sont les femmes, les enfants des deux sexes, et la population civile en général, la lueur d’espoir du Rojava est menacée.

Ne la laissons pas s’éteindre, exigeons que le gouvernement français reconnaisse la légitime aspiration des peuples du Rojava à disposer enfin d’eux-mêmes comme ils l’entendent au sein d’une région dont ils ont défini par eux-mêmes l’organisation démocratique !

Pour aller plus loin :

Le livre de Pierre Bance aux éditions Noir et Rouge.

Classé dans : Luttes - Mots clés : aucun
Fil RSS des articles de cette catégorie