Non à l’expulsion de la maison Cozette !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

La commune vend la maison Cozette à un promoteur privé et veut mettre à la rue en plein hiver les membres du collectif La Brèche.

SUD éducation Somme apporte son soutien aux camarades du collectif la Brèche, composé d’étudiant-e-s, chômeuses/eurs, SDF et précaires, menacé-e-s d’une expulsion imminente. Pour rappel, ce collectif s’est réapproprié depuis le mois de septembre la maison Cozette, bâtiment municipal classé de 27 pièces. Ce bâtiment inutilisé depuis plus de 12 ans a été vendu par la Ville à un promoteur privé !

Tant pis pour les sans logements qui y vivent aujourd’hui et qui se retrouveront à la rue, au mépris de la trêve hivernale. Tant pis pour le centre culturel Léo Lagrange, voisin qui aurait bien besoin d’un espace supplémentaire pour toutes ses activités...Et tant pis pour toutes les associations amiénoises qui devront à présent payer pour des locaux qui sont pourtant déjà en nombre insuffisants et vétustes (cf. ordonnance municipale de novembre 2016 – pétition en ligne ici)

Circulez les habitant-e-s, les pauvres et les exploité-e-s : voici la démocratie locale à la mode Fouré-Gest !

La résistance continue : les ateliers et événements organisés par la Brèche se maintiennent.Venez également nombreux-euses apporter votre soutien (financier aussi!) tout au long des semaines à venir, car les occupant-e-s des lieux maintiennent avec détermination les nombreuses activités qui y sont proposées.

Facebook La Brèche.

Classé dans : Luttes - Mots clés : aucun

Les 19 et 20 octobre, soutenons les camarades inculpé-e-s !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Contre la répression policière et judiciaire du mouvement social : solidarité et convergence des luttes !

Le 19 octobre débutera à Amiens le procès en appel des 8 camarades de Goodyear, condamnés en première instance à 24 mois de prison, dont 9 mois fermes pour avoir défendu leur emploi. Des camarades de toute la France seront présent-e-s à Amiens pour les soutenir.

La réussite de cette mobilisation nationale est essentielle. En effet, dans un contexte d’état d’urgence prolongé, l’heure est à la criminalisation du mouvement social et les 19 et 20 octobre seront l’occasion de le dénoncer avec force, alors qu’un camarade de SUD santé sociaux vient encore de perdre l’usage d’un œil à Paris, lors de la manifestation du 15 septembre dernier.

Une heure qui nous semble déjà bien longue sur Amiens : après les procès des 9 de la Confédération paysanne et des 8 de Goodyear, ce sont actuellement 16 de nos camarades – dont de nombreux jeunes militant-e-s – qui ont été condamné-e-s à des peines sans proportion avec la réalité des faits : des peines de prison, dont une peine de prison ferme ont été prononcées et des dommages et intérêts aux montants pharaoniques sont réclamées.

Nous sommes encore sous le choc du dernier jugement en date, le 27 septembre : 5 militants (chômeurs, syndicalistes, étudiants, lycéens) ont été condamnés à payer solidairement 87 000 € à la Mairie d’Amiens, à la SNCF et à un patron d’hôtel, Le Carlton, pour un feu de pneus et l’occupation des voies le 26 mai 2016, journée de mobilisation intersyndicale contre la loi travail.

Alors que des centaines de milliers de travailleur-se-s, étudiant-e-s, lycéen.ne.s, chômeur-se-s, précaires, retraité-e-s, se mobilisent contre le projet de loi Travail depuis plusieurs mois, que 74 % des français-e-s – tous sondages confondus – rejettent toujours cette réforme, et que le gouvernement n’a pas trouvé de majorité à l’Assemblée nationale sur ce projet, les seules réponses de ce dernier se résument en trois mots : 49.3, intimidation et répression.

Ainsi, nous, citoyen-ne-s, militant-e-s, organisations politiques, syndicales, associatives et citoyennes rassemblé-e-s en Comité de soutien interluttes, appelons à rester solidaires avec tous et toutes nos camarades. Pour chacun-e, contextes, raisons et modes d’actions diffèrent, mais leurs situations convergent : répression policière d’abord, judiciaire ensuite. Nous ne pouvons tolérer cette logique d’intimidation qui vise à discipliner le corps social en lutte.
Le gouvernement et son entêtement sont les seuls responsables des situations actuelles. L’État et le MEDEF attaquent nos droits et enterrent nos avenirs : ce sont eux les casseurs !

 

Dernière ligne droite contre les accords de libre-échange

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Mardi 20 septembre, à l’invitation d’ATTAC et du collectif Stop TAFTA d’Amiens, Frédéric Viale, membre du CA d’ATTAC, est venu prononcer une conférence sur le dernier vampire en date, le CETA.

Voici ci-dessous un rapide résumé des points-clés de cette conférence, à laquelle des adhérent-e-s de SUD éducation 80 se sont rendu-e-s.

 

 

Qu’est-ce donc que le CETA ?

 

Le CETA est l’acronyme de Comprehensive Economic Trade Agreement.

 

Contrairement au TAFTA qui n’est pas encore prêt à être ratifié et pour lequel les élections américaines mettent un sérieux coup de frein (d’où les déclarations conjointes – et mensongères – de la France et l’Allemagne concernant leur retrait des négociations en cours : ce ne sont que des déclarations ; sur le papier et dans les faits rien n’est arrêté.) ; le CETA lui est prêt !

 

Des conséquences sont déjà effectives : par exemple, la directive européenne sur la qualité de l’air a été abaissée. Jusqu’à présent, seuls les pétroles issus d’une fabrication répondant à certaines normes environnementales pouvaient servir aux carburants commercialisés dans l’UE, aujourd’hui cette norme a sauté en vue du CETA, pour permettre la commercialisation du pétrole canadien issu des exploitations de l’Alberta, pétrole issu des sables bitumineux dont l’extraction est extrêmement polluante.

 

Les mensonges au sujet du CETA

 

Les négociateurs et nos gouvernants se répandent dans la presse en indiquant qu’il s’agit d’un bon accord, dont une partie entière a été réécrite pour tenir compte des craintes et des mobilisations contre le TAFTA (comme quoi, la mobilisation commence à porter ses fruits).

 

Les tribunaux d’arbitrage

les arbitres seront des "quasi-magistrats" → C'est faux ! Il y aura interdiction des conflits d’intérêt mais sans sanction assortie à cette interdiction (alors que pour un juge, s’il y a conflit d’intérêt avéré, cela relève du pénal).

De plus, les arbitres règleront les litiges en équité et non en droit (contrairement à des juges), en prenant en compte « l’intérêt légitime des entreprises ».

 

Commission de coopération réglementaire

Cette “discussion” en amont sur leurs normes communes permettra indépendamment du débat démocratique au sein des États de faire sauter tous les verrous sanitaires et sociaux sans consulter les parlements locaux…

 

Un service public pas vraiment ”protégé” :

Les ministres évoquent l’imposition de restrictions concernant la libéralisation des services publics. Or, concernant l’éducation par exemple, la seule restriction qui existe concerne la certification du niveau des enseignant-e-s qui resterait de la compétence des États.

En dehors de cette restriction, n’importe quelle entreprise privée d’éducation pourra exiger auprès des États des niveaux de subvention équivalents à ce qui est versé au service public d’éducation (financement des locaux et des enseignant-e-s en ce qui concerne la France par exemple) – Au nom du principe d’équivalence des produits !

 

À l’ordre du jour du conseil des ministres européens le 27 octobre

 

Le 27 octobre 2016, trois questions seront posées aux ministres européens :

 

  1. Le texte est-il un bon texte ?
  2. Le vote de ce texte est-il de la compétence exclusive de l’Union ou des États ? A priori, sur cette question l’accord est déjà fait sur l’idée que cela relèvera de la compétence mixte de l’UE et des États.
  3. Acceptez-vous qu’il entre immédiatement en application provisoire (i.e. en attendant le vote au Parlement européen prévu entre décembre et février prochains.

 

Songez qu’en vertu d’une disposition des traités européens, un texte adopté en Conseil des Ministres peut être mis en application immédiatement de manière provisoire ! Avant d’être adopté par le Parlement !

 

 

Faire pression

 

Il y aura un vote au Parlement européen : en février / mars : c’est cela l’objectif → campagne de mobilisation pour obtenir une majorité de vote contre ce texte au Parlement.

 

Parlement, en gros : 3 tiers :

 

1/3 : GUE (gauche européenne, dont les verts) et extrême droite : voteront contre

1/3 : PPE : voteront majoritairement POUR. On peut espérer débaucher une dizaine de députés au mieux. + les libéraux qui eux voteront POUR quoiqu’il arrive.

1/3 : Socio-démocrate : le ventre mou ; période électorale en France comme en Allemagne ; ils ont beaucoup à perdre et cela peut en faire basculer pas mal.

 

 

Le collectif STOP Tafta de la Somme appelle à la manifestation du 15 octobre prochain à Paris à l'appel de nombreuses ONG, syndicats,…

Un covoiturage s'organise ici :

 

https://framacalc.org/Covoiturage%20Manif%20StopCETA%20%C3%A0%20Paris%20le%2015%20octobre

 

Pour en savoir plus :

Le site du collectif STOP TAFTA qui comprend de nombreuses ressources…

 

La page de Stop TAFTA 80

 

ainsi que cette courte vidéo (3 min) qui permet de resituer les enjeux.

 

 

Contre la loi Travail et son monde, toutes et tous ensemble le 15 septembre

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

L'appel à la grève et à la manifestation de SUD éducation en cliquant sur l'image.

À Amiens, le comité de mobilisation interluttes contre la loi travail et son monde s'est réuni le jeudi 8 septembre. Le compte-rendu est ici.

Jeudi 15 septembre : Grève et manifestation ! Rdv à Amiens, place de la Maison de la Culture à 14h30.

AG interluttes à 18h.

 

Fil RSS des articles de cette catégorie