Communiqué de Sud éducation Somme sur la manifestation Amiénoise

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Manifestation du 25 mai : SUD éducation 80 dénonce la répression policière qui s’abat sur le mouvement social !
On comptait plus de deux mille de personnes au départ de la Hotoie pour la manifestation des Gilets Jaunes ce samedi, dans une ville dont le centre était cadenassé par les forces de répressions.
Depuis le matin, le harcèlement policier ne s’est pas interrompu : fouilles au corps permanentes (jusqu’à quatre pour arriver jusqu’au cortège), contrôle de l’identité des militant-e-s des organisations syndicales et politiques qui installaient les stands au départ de la manifestation.
Les forces de répression ont monté une souricière pour les manifestant-e-s destinée à les empêcher de suivre le parcours déposé en préfecture. Le dispositif déployé, tant par les effectifs massifs que par les moyens déployés (hélicoptère, canons à eau, hurlement permanent des sirènes des camions de CRS et de gendarmes) relevait d’une véritable stratégie de la tension anxiogène de la part du pouvoir.
Au moment de la dispersion, les manifestant-e-s qui quittaient pourtant les lieux de leur propre chef ont été chargé-e-s, gazé-e-s, frappé-e-s. 70 personnes ont été interpellé-e-s. Parmi elles, des mineur-e-s des camarades de Solidaires 59, et deux camarades de SUD éducation identifiables aisément par leur affichage syndical, dont la porte-parole de Solidaires Somme.
SUD éducation dénonce la répression qui s’abat sur le mouvement social en général, et sur les syndicalistes en particulier. SUD éducation Somme dénonce les entraves au droit de manifester et toutes les formes de violences policières qui visent à faire taire le mouvement social.
SUD éducation Somme revendique :
- la libération immédiate de tout-e-s les interpellé-e-s et l’abandon des poursuites à leur encontre ;
- le respect de la liberté de manifester ;
- l’arrêt immédiat et la fin de l’impunité des violences policières.


   

Le ministre de l’Intérieur est un menteur !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Communiqué de Solidaires :

La manifestation parisienne du 1er mai a été une nouvelle fois l’occasion pour les « forces de l’ordre » de réprimer violemment ceux et celles venu-es réclamer une autre politique sociale, fiscale et écologique. Nous assurons l’ensemble des blessé-es de notre solidarité. La mise en scène pendant plusieurs jours sur la prétendue dangerosité de cette manifestation par les services de l’intérieur et le Ministre lui-même, relayés largement, ont tenté de décourager les manifestant-es. Cette manifestation a été un succès de participation portant des revendications justes et légitimes. Il s’agit ici de rétablir certaines vérités.

Lorsque que le ministre de l’Intérieur déclare que tout a été fait pour que les organisations syndicales puissent manifester sereinement, il ment ! Avant même le début de la manifestation, des militant-es de l’Union syndicale Solidaires, clairement identifié-es , ont été victimes d’insultes lors des « contrôles préventifs », se sont fait confisquer du matériel inoffensif (sérum physiologique, foulard ou même des gants), y compris lorsqu’ils/elles expliquaient qu’ils étaient chargé-es de la protection du cortège syndical.

Lorsque le ministre de l’intérieur déclare que les organisations syndicales n’ont pas été pris pour cibles par les « forces de l’ordre », il ment ! Notre cortège, clairement identifié, a été la cible de grenades de désencerclement et lacrymogènes ! Le carré de tête syndical unitaire, facilement reconnaissable, a aussi été victime de tirs ciblés de grenades lacrymogènes et même de jets de canon à eau, obligeant à exfiltrer notre porte-parole national tellement l’air était irrespirable.. alors que tout était calme aux alentours.

Lorsque le ministre de l’Intérieur essaie de faire diversion en parlant d’une « attaque de Blacks blocks conte la Pitié Salpêtrière, il ment ! Si des manifestant-es sont bien rentré-es dans l’hôpital, ce n’était évidemment pas pour l’attaquer, mais pour tenter d’échapper aux violentes charges policières, comme on pu le constater des personnels présent-es sur place.

Nous avons évidemment des témoignages et des vidéos qui montrent que les propos du ministre de l’intérieur sont des mensonges. Nous les avons à disposition de celles et ceux qui le souhaitent.

Un 1er mai dans une année de lutte avec ou sans gilet en Picardie !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Le 1er mai est une journée de lutte internationale pour la justice sociale et de solidarité. C’est un symbole toujours vivant. Cette journée n’est pas « la fête du travail ». Ce n’est pas « juste un jour chômé ». Car il s’inscrit dans une histoire sociale : le 1er mai 1886, les travailleuses et travailleurs de Chicago et de tous les Etats-Unis se levaient pour réclamer plus de justice sociale, un temps de travail réduit, des conditions de travail décentes, bref une vie digne d’être vécue. La police leur répondait par les armes, tuant plusieurs dizaines de manifestant-es.

Ce jour est un moment de solidarité entre tous ceux et toutes celles qui luttent pour leurs droits : comme ces dernières semaines en Algérie, avec les enseignant-es polonais-es en grève depuis un mois, les travailleurs-euses du Brésil face à la dictature de Bolsonaro, en Turquie, en Palestine, en Hongrie, les travailleur-euses sans papiers ici en France qui veulent l’égalité des droits et être régularisé-es...

Ici en France, des mois de mobilisation

Les annonces fuitées de Macron, suite à un grand débat tronqué ne répondent pas à nos exigences de fond ni à celles qu’ont exprimées les Gilets jaunes :

• Il préserve une politique fiscale au profit des grandes richesses et des grandes entreprises, ce qui conduit à une baisse des ressources pour la collectivité toute entière.
• Ses mesures en faveurs du pouvoir d’achat n’ont touché qu’une partie des salarié-es et ne constituent pas une garantie durable parce que ce ne sont pas des augmentations de salaires. Nous ne mendions pas, nous voulons des salaires dignes pour une vie digne.
• Il continue l’exploitation intensive des ressources et contribue à détruire la planète tout en faisant croire à une politique « écologique » qui n’en a que le nom, malgré l’urgence climatique et les milliers de manifestant-es pour qui l’écologie est un enjeu de mobilisation internationale.
• Il parle de moratoire sur la suppression des hôpitaux et des écoles, mais pas de rétablir ce qui a été supprimé, ni de développer le tissu social que constituent des services publics de proximité.
• Ses projets de réforme s’attaquent à ce que sont nos droits, conquis de haute lutte : statut de la fonction publique et indépendance de ses missions vis-à-vis du secteur privé, réforme des retraites qui va légitimer une baisse des pensions, augmentation du temps de travail, droit à l’indemnisation quand on est au chômage
• Il veut maintenir l’ordre social, briser la contestation et ne cesse de rogner les libertés. Il justifie l’utilisation d’armes qui blessent, mutilent et tuent en manifestation et dans les quartiers populaires. Sa répression est mise en cause par le Défenseur des droits et par des institutions internationales.

Cette politique qui se maintient en dépit de la colère populaire alimente encore le désarroi et pousse une partie de la population dans les bras de l’extrême droite, alors que cette dernière a toujours été l’ennemie des salarié-es. Macron a beau jeu de se présenter comme rempart, ses mesures sont antisociales, sa politique migratoire est raciste.

Se mobiliser plus,
tous et toutes ensemble

Pour l’Union syndicale Solidaires, nous voulons faire de ce 1er mai une étape importante pour imposer une autre politique, basée sur la justice sociale, fiscale et écologique, pour l’égalité des droits, pour les libertés et contre les violences policières. Nous pensons que le syndicalisme doit se regrouper pour ces objectifs et nous appelons à manifester avec la CGT, FO et la FSU. Nous voulons aussi agir avec tous ceux et toutes celles qui les partagent, c’est ce que nous avons fait en manifestant avec les Gilets jaunes.

Retrouvons-nous le 1er mai pour montrer notre détermination, notre volonté de construire une société qui ne soit pas celle de la loi du fric. Un monde solidaire, qui ne s’arrête pas à nos frontières !

Rendez-vous dans mercredi matin à la brocante du quartier St. Maurice à Amiens pour tracter dès 8h et dans les différents rassemblements du département :

- Amiens à 11h Maison de la Culture

- Abbeville à 11h30 place du pilori

- Albert à 11h devant l'Hotel de ville

- Friville-Escarbotin à 10h30 place Jean Jaurès

- Ham à 10h place du chateau

Ensemble(s) debout pour le vivant : 27 et 28 avril à Arras !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Pour faire face à l'urgence climatique, nous appelons à participer aux deux jours "Ensemble(s) debout pour le vivant" qui se tiendront le samedi 27 avril et le dimanche 28 avril. Différentes manifestations auront lieu dont vous trouverez le programme dans ce lien : https://reporterre.net/Ensemble-s-debout-pour-le-vivant-rassemblement-a-Arras-Hauts-de-France. En pièce jointe, vous trouverez l'affiche de cette manifestation.

 

 A noter que dans ce cadre, l'OSAT (Observatoire de la souffrance au travail des Solidaires Nord et Pas-de-Calais) organise une projection-débat autour du film Le temps des forêts, le samedi 27 avril à 10h15 à l'Hôtel de Guînes.

Avec la présence d'un camarade du SNUPFEN-Solidaires. Vous trouverez le flyer en pièce jointe.

 

L'après-midi à partir de 14h00 avec 4 points de rendez-vous, une marche pour le climat parcourra Arras (voir le tract ensemble pour le vivant en pièce jointe)

Debout pour le vivant.

Départ d'Amiens au cirque à 12h00 / Retour d'Arras à 21h

Réservations pour le bus par mail : rom.ladent@gmail.com

Tarif : prix libre en fonction de vos moyens.  / Nombre de places : 57

Appel de l’AG des établissement en lutte du 24 avril 2019

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

L’Assemblée Générale des établissements en lutte de la Somme et d’ailleurs s’est tenue le mercredi 24 avril amphithéâtre Cavaillès, espace Dewailly, à Amiens. Elle a regroupé une quarantaine de personnes, parents d’élèves (FCPE), étudiants (UNEF), enseignants, syndiquées (FO, FSU, CGT Éduc’action, Sud Solidaires) et non-syndiquées qui ont évoqué la mobilisation des écoles, collèges, lycées et universités du département, de l’académie et du pays.

En conséquence, elle appelle à une massification et unification du mouvement. Écoles, collèges, lycées généraux technologiques et professionnels, et universités sont concernées au même chef par les réformes de l’Éducation Nationale et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, et par la loi Blanquer, qui visent à la destruction du service public de l’Éducation.

Elle appelle à l’organisation de réunions locales dans les écoles, les collèges, les lycées et les universités pour préparer et faire advenir la mobilisation.

Elle appelle à une mobilisation massive le 1ermai pour former un cortège Éducation Nationale clairement identifié et aux mots d’ordre collectifs. Après le cortège, ce sera l’occasion de continuer d’échanger et de diffuser les revendications de l’Assemblée Générale.

Elle fixe une nouvelle tenue de l’Assemblée Générale le 9 mai au matin, pour préparer la manifestation du 9 mai après-midi et la suite de la mobilisation.

Elle appelle à une mobilisation massive à l’occasion de la grève de la Fonction Publique du 9 mai.

Fil RSS des articles de cette catégorie