L’extrême droite est, toujours, notre ennemie !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Samedi 26 janvier, quelques dizaines d’individus d’un groupe d’extrême-droite ont profité de l’Acte XI des Gilets jaunes pour attaquer le cortège du NPA à Paris. Plusieurs personnes ont été blessées. Parmi elles, un de nos camarades de Sud PTT a été conduit à l’hôpital pour être suturé. Nous condamnons fermement cette attaque et apportons toute notre solidarité à celles et ceux qui ont été agressé-es.

Nous restons plus que jamais vigilant-es à toute tentative d’instrumentalisation des manifestations par l’extrême droite et c’est bien aussi l’un des sens fondamentaux de notre présence, en tant que syndicalistes, dans les manifestations des samedis.

Syndicalistes, nous ne laisserons pas l’extrême droite faire de la contestation sociale son terrain de jeu.

Syndicalistes, nous ne laisserons pas non plus les revendications d’une plus grande justice sociale se faire instrumentaliser par l’extrême droite, quelle que soit ses formes.

L’Union syndicale Solidaires, engagée depuis toujours dans la bataille contre l’extrême droite, continuera de mener toutes les batailles contre ceux qui prônent la haine de l’immigré, le racisme, l’antisémitisme sous quelque forme que ce soit.

Il faut augmenter nos salaires !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

L’État est le premier employeur de salarié-e-s précaires. Dans l’Éducation nationale, on ne compte plus les contrats à durée déterminée : assistant-e d’éducation, enseignant-e contractuel-le, personnels administratifs dans les établissements et les DSDEN ou rectorats, accompagnant-e d’élèves en situation de handicap, vacataires à l’université, agent-e-s de laboratoire… la liste est longue.

Tous les personnels qui sont soumis à ces contrats de travail partagent un point commun : leur rémunération est bien plus faible que celle de leurs collègues titulaires, alors qu’ils et elles effectuent des missions indispensables au bon fonctionnement du service public.

Bien souvent, leur rémunération, du fait de la faiblesse de leur salaire horaire ou de temps partiels subis, n’atteint même pas l’équivalent du SMIC.

Le mouvement des gilets jaunes a projeté sur le devant de la scène la question salariale. Le Président a été contraint de demander aux patrons de verser une prime de fin d’année aux salarié-e-s de leur entreprise.

Et pourtant, l’État-patron, notre employeur, n’est même pas capable de s’appliquer ses propres consignes, puisqu’il n’annonce aucune mesure d’augmentation de salaire des personnels, en particulier des plus précaires, et que les salaires n’augmentent plus dans la fonction publique depuis des années.

Dans plusieurs académies, des personnels s’organisent pour exiger une prime de fin d’année de la part du ministère.

SUD éducation soutient ces initiatives qui visent à arracher des augmentations de salaires à l’employeur.

SUD éducation revendique :

– l’alignement de la rémunération des personnels non-titulaires sur celle des titulaires, ce qui inclut par exemple le bénéfice de la prime REP/REP+ à tou-te-s les AED, AP, AESH ;

– une augmentation générale des salaires, et l’intégration des primes au salaire, pour forcer l’employeur à cotiser pour nos retraites, notre sécurité sociale, le chômage ;

– un salaire minimum à 1700€ nets ;

– la titularisation sans condition de concours ni de nationalité de tous les personnels précaires.

Journal n°160

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire
Le journal n°160 est paru ! Pour y accéder, cliquez sur la Une…

Au sommaire ce mois-ci :

-  Violences sur élèves au lycée professionnel de Montaigne : Première victoire de Sud Education.

- Projet de loi pour une école de la défiance !

- Hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers à la fac : une mesure bourgeoise contre l'éducation

- Solidaires 80 et les Gilets Jaunes

 

Violences sur élèves au lycée Montaigne : Première victoire de SUD éducation !

Rédigé par SUD Education 80 - - Aucun commentaire

Le Rectorat vient d’annoncer la suspension de 3 professeurs : les élèves vont pouvoir retourner en classe !

Après des semaines d’omerta, il a fallu la médiatisation de l’affaire pour que les premières mesures tombent enfin, laissant espérer un début de retour à la normale pour les élèves et les personnels. Depuis le 5 décembre dernier, les élèves avaient officiellement demandé à l’administration de ne plus aller en cours avec les professeurs incriminés. Cela représente plusieurs dizaines d’heures de cours perdues pour eux, alors qu’ils passent leur Bac en juin.

 

Pour SUD éducation, cette situation est une illustration du mépris de l’administration vis-à-vis des élèves des classes populaires. L’année dernière, ils se sont mobilisés pour de meilleures conditions d’enseignement. La réponse a été l’envoi immédiat de la police. Cette année, alors qu’ils sont humiliés et violentés, l’administration met des mois à réagir.

L’administration doit désormais prendre ses responsabilités : elle doit prendre en charge la souffrance que son inaction a générée : elle doit reconnaître l’imputabilité au service des arrêts-maladie des personnels qui ont dénoncé ces violences, et les protéger. En matière de santé et sécurité au travail, l’Éducation nationale est soumise à une obligation de résultat. Il est temps qu’elle s’en donne les moyens !

SUD éducation 80 revendique :

  • La reconnaissance en accident de service des personnels qui ont dénoncé les faits ;
  • Le bénéfice de la protection fonctionnelle pour ces agents ;
  • Une enquête immédiate du CHSCT, dont les représentants ne sont toujours pas venus dans l’établissement mener leur enquête, indépendante de celle menée par l’administration ;
  • Des créations de postes à hauteur des besoins dans la médecine de prévention (aujourd’hui : un médecin pour 20 000 agents) ;
  • la création de CHSCT d’établissement et de circonscription pour les école et pas seulement au niveau départemental et académique.

Fil RSS des articles de cette catégorie