Communiqué du 22 mars : Le gouvernement veut en finir avec tous les services publics.

Rédigé par SUD Education 80 -

Dans l’éducation nationale l’objectif est de casser le statut du fonctionnaire et d’un vrai service public de l’enseignement de la maternelle à l’université.

Le gouvernement supprime des postes. 20 % de postes en moins sont ouverts aux concours du 2nd degré et 10 % dans le 1er degré pour la rentrée 2018. Le salaire net des enseignants a baissé en janvier, après des années de stagnation, à cause de l’augmentation de la CSG. Pendant ce temps, le ministre se permet d’évoquer la rémunération au mérite. Dans l’éducation nationale, déjà, un personnel sur quatre est précaire. Les précaires subissent des conditions de travail plus difficiles pour des rémunérations plus faibles. Le gouvernement envisage d’en finir avec le statut de fonctionnaire. Ce sera toujours plus de concurrence et de pouvoir donner à la hiérarchie locale.

Pour des questions d’économies budgétaires, le bac est réformé.
C’est la dénationalisation de ce diplôme qui est visée. La réputation de chaque établissement déterminera désormais la qualification des élèves dans les nouveaux lycées à la carte. Pour répondre aux exigences du MEDEF, le gouvernement prépare la fin de l’apprentissage sous statut scolaire. Et dans le même temps, le privé reçoit 10 millions de plus de subventions de l’État. Avec la mise en place de parcours sup’ l’université ne sera plus ouverte à toutes et tous.

Les réformes Macron-Blanquer s’inscrivent dans une politique de libéralisation et de marchandisation de l’école. Les élèves des classes populaires seront les premiers touchés et victimes d’une société basée sur la compétition.

Contre cette casse du service public et de cette société à deux vitesse SUD Education revendique :
- une école égalitaire et ouverte à tous et tout-es
- l’arrêt des suppressions d’emplois
- la titularisation des contractuel⋅le⋅s
- la revalorisation du statut de fonctionnaires
-un vrai service public de qualité

Cette journée du 22 mars ne doit pas rester isolée. Nous devons construire ensemble une mobilisation qui s’inscrive dans la perspective d’une grève reconductible.

Classé dans : Luttes - Mots clés : aucun

Les commentaires sont fermés.